Comment choisir des pièces durables et responsables?

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la mode « raisonnée », j’ai assez vite compris que le choix des matières ainsi que la qualité du vêtement allaient être DEUX points fondamentaux pour m’y aider. Car choisir la mode « raisonnée », c’est consommer moins, donc mieux. Investir dans des pièces qui nous plaisent à 100%, et qui traverseront les modes et les saisons.

J’avais donc envie de créer ce petit précis à l’attention des personnes en quête de conseils, tant sur les matières durables, que sur les signes qui montrent qu’un vêtement est de « bonne qualité ». J’espère vraiment qu’il vous sera utile !

Le choix des matières

Avant de commencer, je voudrais vraiment rappeler que le choix des matières que l’on souhaite porter appartient à chacun.

Il existe actuellement plusieurs typologies : ici, j’ai choisi la plus répandue, c’est-à-dire celle qui fait la différence entre les matières naturelles (d’origine végétale ou animale), les matières artificielles (créées à partir de végétaux), et les matière synthétiques (crées via l’addition de différents produits).

Si l’on se place au coeur du courant de la mode éthique, voici la ligne de conduite qui devrait être adoptée, idéalement :

– les matières naturelles devraient être privilégiées (moins celles d’origine animale pour les courants vegan ou cruelty free)- certaines matières artificielles sont tolérées (Lyocell, principalement).

– les matières synthétiques devraient être « bannies » de notre consommation (je suis un peu moins radicale : on fait comme on peut einh :-))

Je vous ai préparé ci-dessous un petit tableau qui résume les grandes choses à savoir sur chaque matière :

Pour ma part, si je privilégie au maximum les matières durables, je trouve qu’il reste encore difficile de ne les consommer qu’exclusivement. Ainsi, depuis que j’ai commencé à m’intéresser à la mode éthique, j’ai découvert le lin et le lyocell, je privilégie le coton bio dans mes choix.

En revanche, je ne peux pas du tout dire qu’à ce jour, je puisse me passer de laine, cuir, soie ou viscose. J’essaie d’en consommer moins, mais j’ai encore des pièces de ce type dans ma garde-robe, faute d’alternative vraiment performante. En revanche, je n’achète plus de polyester dans le prêt-à-porter.

Pour mes activités couture, malheureusement, l’offre de tissus vraiment durables et labellisés est encore plus faible que dans le prêt-à-porter, ce qui rend le passage vers une consommation éthique vraiment difficile.

La qualité des pièces

Il n’est pas toujours évident de reconnaitre une pièce de bonne confection d’une pièce moins aboutie… Car le prix n’est pas toujours le reflet de la qualité d’un vêtement !

Pour moi, un vêtement de qualité repose sur 3 aspects : la qualité du tissu, les finitions intérieures (coutures et doublure de vêtement) et la qualité des détails (fermeture zip, boutons, poches, broderies…).

Comment reconnaitre un tissu de qualité ?

Vos cinq sens sont vos alliés, notamment le regard et le toucher 🙂 Vous pouvez vous faire confiance sur ce sujet : nul doute que vous saurez reconnaitre un coton rêche d’un coton plus doux, remarquer un tissu moins saillant qu’un autre niveau imprimé, ou encore une soie/viscose bien trop fine pour tenir dans la durée.

Voici tout de même quelques questions par matière à vous poser pour vous y aider :

– Le coton: vous semble-t-il doux ? Respirable ? Confortable si vous le portez à même la peau ? Peluche-t-il ? Est-il bien opaque ?

– Le lin : est-il assez souple ? Doux (s’il ne l’est pas, passez votre chemin, vous ne voulez pas d’une pièce qui gratte) ? Froisse-t-il moyennement ou beaucoup trop ?

– La laine : la pièce a-t-elle des défauts (trous, maille détendue…) ? Le tissu bouloche-t-il ? Est-ce que le tissu s’étire à vue d’oeil si vous tirez un peu dessus, ou se replace-t-il correctement ? Est-ce que la laine gratte ? Quelle est la composition exacte ? Par exemple,si la laine est mélangée à de la soie, le tissu ne grattera pas.

– La soie / lyocell / viscose et autres tissus artificiels/synthétiques : le tissu est-il bien soyeux/brillant/saillant ? Vous semble-t-il résistant (ou à l’inverse trop fin) ? Y a-t-il des défauts (coutures qui font des plis sur les côtés du buste ou des manches) ? Quelle sensation sur votre peau ?

Zoom sur… les finitions intérieures

Le degré de finitions des coutures intérieures ou de la doublure en dit long sur la qualité d’un vêtement ! Voici plusieurs aspects qui attestent d’un vêtement de qualité :

– les coutures sont bien droites et soignées (il n’y a pas de fils dans tous les sens, des rentrés qui s’effilochent…)

– il n’y a pas d’endroits où le tissu n’est pas cousu correctement

– les coutures vous semblent résistantes (n’hésitez pas à tirer un peu dessus)

– les coutures sont bien plaquées, il n’y a pas d’épaisseur par endroit

– l’ourlet du bas n’est pas visible, notamment pour les blouses en soie et les robes

– les raccords entre imprimés sont bien exécutés

La présence d’une doublure sur des pièces autres qu’un manteau ou veste est bon signe ! Cela garantit qu’il n’y a aucune couture apparente à l’intérieur, ce qui est assez agréable à l’oeil 🙂 Pour juger de la qualité d’une doublure :

– le tissu dans lequel a été doublé le vêtement : une doublure en viscose est souvent plus agréable qu’un polyester, souvent électro-statique. Si polyester, vérifiez qu’il n’y a pas trop d’électrostatique dans l’air)

– la doublure semble résistante, notamment au niveau des poches.



L’attention aux détails

Rien de plus rageant qu’un bouton qui saute sans prévenir une semaine après l’achat d’un vêtement. Cela m’est arrivé deux fois entre septembre et décembre (notamment sur ma blouse de Réveillon) : grr !

Mes conseils :

– vérifiez que les boutons sont cousus correctement… Et que la taille du bouton correspond à la boutonnière (si cela force, c’est mauvais signe)

– idem pour les fermeture éclair : prenez garde à ce qu’elles ne « bloquent » pas à des endroits, et qu’elles ferment bien en haut.

– enfin, portez la même attention aux ornements (broderies, passepoil…) qui composent la pièce qu’au tissu principal !

***

J’espère que ces conseils vous seront utiles !

Je vous invite également à lire et relire l’article d’Anne du Dressing Idéal, publié la semaine dernière : elle vous donne plein d’astuces pour prendre soin de vos mailles !

À très bientôt,
Estelle

Estelle
Estelle

Je suis Estelle, fondatrice du blog Some Place Called Home et créatrice des patrons de couture Apolline Patterns. La couture a été une vraie révélation et m’a permis de redonner un sens à ma vie. Plus qu’une activité créative, elle est aussi une manière d’appréhender la mode de manière différente : raisonnée, mais toujours tendance ! Bienvenue et belle découverte du blog !

Find me on: Instagram

Partagez cet article !

12 Commentaires

  1. Birdy Segolene
    13 février 2019 / 8 h 54 min

    Un grand merci pour cet article et ces bons conseils !
    Comme toi, j’essaie depuis quelques temps de ne plus faire d’achats compulsifs (ma banquière me remerciera, j’en suis sûre) et de faire beaucoup plus attention à la matière/au tissu si j’ai un petit/gros coup de coeur sur une pièce. Je ne suis pas experte en couture comme toi (je suis d’un niveau très basique alors j’ai vraiment hâte de lire ton e-book qui sort prochainement !!) alors forcément, si parfois j’ai l’impression que c’est un « beau » tissu, je suis surprise : un bouton qui saute, une couture qui lâche, un fil qui sort, le tissu qui bouloche beaucoup trop rapidement, etc. Grr, que c’est agacant !! Grâce à toi et tes conseils, j’espère trouver plus facilement de jolies pièces qui dureront ! 🙂
    Merci encore et à bientôt de te lire et de te voir sur Insta ! Bises !

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      19 février 2019 / 11 h 25 min

      Hello Ségolène,

      Merci pour ce partage d’expérience ! Cela prend du temps de distinguer une belle pièce d’une un peu moins belle pièce, mais la couture est clairement la meilleure école 🙂 Je n’avais pas du tout le même regard avant !
      On se retrouve très vite alors pour le lancement du Programme Débutants !!
      à bientôt,

  2. 13 février 2019 / 9 h 22 min

    Merci pour cet article ! Cela coule de source mais c’est vrai que je ne pense pas à tout vérifier lors d’un achat. Comme ça, maintenant tout est remis en tête.

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      19 février 2019 / 11 h 26 min

      Hello Laura !
      Effectivement, beaucoup des conseils dispensés sont de « bon sens », mais ça fait du bien de les avoir tous regroupés à un endroit pour ne plus les oublier 🙂

      À très vite,
      Estelle

  3. 13 février 2019 / 11 h 38 min

    Coucou! Merci pour cet article qui est très intéressant et pleins de bon conseils 🙂
    Bisous
    Carolane.

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      19 février 2019 / 11 h 26 min

      Merci beaucoup Carolane d’avoir pris le temps de le lire 🙂
      À bientôt,

  4. 13 février 2019 / 12 h 19 min

    Super cet article ! très intéressant !
    Bisous Annso

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      19 février 2019 / 11 h 27 min

      Merci beaucoup 🙂

  5. Alina
    14 février 2019 / 4 h 22 min

    Sous quel prétexte peut-on décréter qu’il est plus éthique de se vêtir avec du coton qu’avec des fibres synthétiques ?
    La production de coton a un impact monumental sur la consommation d’eau douce. 1 kg de coton requiert 10 000 litres d’eau. Les quantités énormes de pesticides déversées dans les champs de coton contaminent les nappes phréatiques qui approvisionnent les populations avoisinantes. Et coton « bio » ne veut pas dire zéro pesticides… Sans parler des conditions de travail de la main d’oeuvre qui sont loin detre équitables….
    Un dressing « éthique » est davantage à chercher du côté des vêtements d’occasion ou issus du recyclage…

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      14 février 2019 / 7 h 34 min

      Bonjour,
      Je ne crois pas avoir décrété que consommer du coton conventionnel était éthique, je t’invite d’ailleurs à parcourir les autres articles du blog, notamment le podcast « ce que nous disent les étiquettes de nos vêtements ». J’y parle justement de l’épineux sujet du coton, avec des références, notamment le sujet de Cash Investigation, « l’envers du coton », du label BCI et son manque de fiabilité… la mode est ultra-polluante, je suis d’accord avec toi : entre déverser des pesticides sur un champ de coton ou déverser des produits chimiques pour créer une fibre synthétique, on a du mal à voir où est la responsabilité vis à vis de l’environnement. Je parle du coton bio qui quand même est censé être moins énergivore et polluant que le conventionnel, mais bien entendu, je n’ai pas les moyens de contrôler chaque exploitation.

      Quant au sujet du seconde-main, c’en est un à part entière, ce n’était pas l’objet de ce billet ! J’ai d’autres articles qui l’évoquent, comme : « Les alternatives à la mode éthique ».

      Bonne journée !
      Estelle

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      19 février 2019 / 11 h 27 min

      De rien 🙂 Ravie qu’il vous ait inspirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

@Estelle_spch