Peut-on s’habiller uniquement avec la mode éthique ?

Peut-on s'habiller uniquement avec la mode éthique ? Blog-mode-ethique-estelle-some-place-called-home

 

SIX mois déjà que j’ai pris le chemin d’une consommation plus éthique et responsable en matière de mode ! L’occasion de faire un second bilan, après un premier à mi-parcours, qui me pousse désormais à m’interroger…:

Peut-on vraiment, en 2018, s’habiller à 100% avec la mode éthique ?

Très honnêtement, j’aurais aimé répondre un grand OUI à cette question, suivi d’une “ola” digne du stade de France en 1998 (mes connaissances en foot s’arrêtent à cette année, j’avais 8 ans). Malheureusement, après six mois à acheter exclusivement des vêtements de marques éthiques, je dois bien avouer que cela reste encore difficile, décourageant, et peu accessible à tous

Le constat : offre limitée, prix maximum

Dans le monde idéal que je m’étais figuré au moment de passer à la mode éthique, je me disais que je trouverais toujours des alternatives aux marques de mode conventionnelle, respectant mon style vestimentaire, moyennant un surcoût que je concevais totalement. Forcément, en payant la main d’oeuvre de manière décente et en choisissant des tissus de meilleure qualité pour l’homme et plus respectueux de l’environnement, le prix des vêtements devait être mécaniquement plus élevé. J’en parlais d’ailleurs ici, dans mon article “Le juste prix de la mode”. J’étais prête à faire cet effort financier pour un monde un peu meilleur.

Après six mois de mode éthique, le prix n’est finalement toujours pas mon plus gros problème (disons qu’il a au moins le bénéfice de freiner mes achats). Chemin faisant, je me suis faite à l’idée que je ne consommerais plus quatre pièces mais une seule par mois, voire une tous les deux mois. Je me suis faite à l’idée qu’un top coûtait 70€, un pantalon 115€, une robe de 130 à 160€ (pour les modèles les plus bas).

Europe vs. U.S.A

Mon GROS problème ? L’OFFRE. Trouver une marque responsable qui corresponde à mon style et mes envies vestimentaires. Soit, je parviens toujours à trouver quelques pièces, ici et là sur les e-shops, mais il n’y a pas UNE boutique éthique où, comme chez Sézane, j’aurais envie de tout acheter car le style me convient TOTALEMENT.

Je dois encore rectifier : il n’y a pas une marque française, ou européenne, qui me convienne parfaitement. Aux États-unis en revanche, je peux vous assurer que j’en ai trouvé des dizaines : Everlane, Reformation, Christy Dawn, Matt & Nat, l’e-shop de créateurs Needsupply… L’offre est tellement diversifiée que je lorgne sur ces e-shops qui proposent des alternatives modernes et éthiques, qui me correspondent. En France, on n’en est pas encore là. La mode éthique reste un phénomène marginal, même si les choses changent. Petit à petit.

“MAIS ALORS, POURQUOI TU N’ACHÈTES PAS LÀ-BAS?”

Parce que la plupart des e-shops éthiques américains ne livrent pas en Europe. CQFD, puisque ces entreprises sont souvent de taille modeste. Je regrette par exemple qu’Everlane, qui semble concevoir de merveilleux jeans, chaussures et basiques universels que toutes les américaines s’arrachent, ne livre pas en Europe. Je regrette aussi que pour les e-shops américains plus costauds qui eux proposent une livraison en Europe, il faille souvent débourser 35$ en frais de transports. Sans garantie que le produit aille. Et en devant payer les frais de retour, le cas échéant.

C’est pour moi le plus grand obstacle. Et à côté de ça, je vois passer des tops de la mode conventionnelle qui me font désespérément envie. Je tiens bon, je serre les dents, en revenant aux fondamentaux, tournant et tournant dans ma tête la première question parmi toutes les questions : WHO MADE MY CLOTHES ?

Le salut : la couture !

Très clairement, sans la couture, je crois que je n’aurais pas pu tenir sur le chemin de la mode éthique. J’aime trop les vêtements pour changer mon style afin qu’il corresponde à l’offre disponible.

Ce que mes quelques recherches sur le minimalisme m’ont appris, c’est qu’il faut trouver son style, s’y attacher au maximum, et ne pas s’égarer avec des pièces qui ne plaisent qu’à moitié… et finiront mécaniquement par rester au fond du placard. Des achats inutiles, en somme. Alors je couds. Si un modèle me plait dans la mode conventionnelle, je me débrouille pour me l’approprier : je m’en inspire, je crée un patron, je choisis des tissus responsables, autant que possible, et je le couds moi-même. Au niveau impact minimum, on est pas si mal.

Sauf que bien sûr, tout le monde n’a ni l’envie, ni le temps, ni la patience de coudre.

Alors, j’ai parfois l’impression de prôner, sur ce blog, un mode de vie qui promet que s’habiller à 100% grâce à la mode éthique est aujourd’hui POSSIBLE. Ça peut l’être si l’on fait de grosses concessions, tant sur les modèles choisis que sur le prix à payer, mais à l’épreuve de la réalité, cela n’est ni facile, ni limpide. La mode éthique est encore en construction.

Les solutions : des achats 90% éthiques

Je parlais de ce dilemme avec L’Amoureux, qui a une sensibilité éthique et écologique élevée : comment concilier mes envies purement modesques aux valeurs éthiques que je souhaite défendre ?

C’est là qu’il m’a proposé ce parallèle… intéressant 🙂 ! Depuis quelques années en effet, nous mangeons presqu’exclusivement bio : c’est un choix que nous avons fait pour des raisons majoritairement sanitaires, puisque les produits biologiques sont censés ne pas contenir de pesticides ou de perturbateurs endocriniens.

Or, je vous défie de trouver un restaurant exclusivement bio. Si nous vivions l’expérience du bio à 100%, nous n’irions plus au restaurant. Finis les sushis, l’italien, le libanais… Alors certes, on peut se passer de restaurant, ce ne serait pas la fin du monde… Mais cela nous priverait d’instants de partage extrêmement épanouissants !

Cet exemple n’est finalement pas si éloigné de la problématique de l’offre dans la mode éthique. S’habiller avec les marques de mode éthiques disponibles actuellement, c’est un peu pour moi comme si je n’allais jamais au restaurant. Comme si je ne me permettais pas de m’offrir le plaisir d’acquérir une pièce qui me fait VRAIMENT de l’oeil ! Ce qui, bien entendu, ne veut SURTOUT PAS dire qu’il faut aller au restaurant tous les jours 🙂

Quelques pistes pour consommer de manière raisonnée

Lorsque l’on alloue 90% de son budget shopping à la mode éthique, et que l’on est en parallèle dans une démarche de consommation raisonnée (en termes de quantité), je crois que l’on reste foncièrement dans une démarche éthique, même s’il nous arrive parfois de nous fournir chez certaines marques de mode conventionnelle lorsque nous ne trouvons pas ce que nous cherchons dans la mode éthique.

Voici les quelques alternatives que j’ai trouvé ces trois derniers mois…

Les gammes “green” des marques de fast-fashion

C’est un vrai sujet, que j’espère évoquer prochainement dans un podcast ! Au début de mon passage à la mode éthique, je refusais tout achat dans les gammes green des marques de fast-fashion, telles H&M Conscious, Zara Join Life, les collections très limitées de Mango Committed. Je me disais qu’acheter du H&M Conscious, c’était pareil qu’acheter du H&M tout court. Pourtant, je dois bien avouer que j’ai légèrement changé d’attitude.

Mon objectif n’est évidemment pas de me fournir exclusivement en H&M Conscious ou Zara Join Life. Loin de là. Je suis toujours méfiante face à ces gammes green. Toutefois, lorsque je ne trouve pas l’offre en magasin éthique, ces gammes redeviendront une option. Quitte à choisir entre de la fast-fashion green et de la fast-fashion tout court, autant opter pour la première. Je me dis aussi qu’en achetant parfois dans ces gammes green plutôt que dans les modèles conventionnels, je fais peut-être entendre ma voix de consommatrice. Je salue en quelque sorte leur initiative de produire mieux. Et espère ainsi qu’ils produiront plus de la sorte. Enfin, j’ai épluché les rapports de l’organisation Fashion Revolution : je peux vous assurer qu’H&M et Inditex (pour Zara) sont bien mieux notés qu’un Sandro, Maje… et j’en passe !

Les vêtements de seconde-main

Je souris encore lorsque je repense au moment où je vous disais : “le seconde-main, trop peu pour moi. J’aime les choses neuves. Je ne sais pas, je dois avoir un blocage.

Et bien figurez-vous que les vêtements de seconde-main sont eux aussi redevenus une option ! Je n’ai officiellement pas encore franchi le pas, mais je n’avais jamais autant fréquenté Vinted ou les e-shops recommandés par Victoria de Mangoandsalt que ces trois derniers mois 🙂

Pour des pièces de grandes qualités et peu abordables neuves, on peut vraiment trouver des pépites ! Idem pour les vêtements plus vintage, comme les foulards ou les vêtements haute-couture 😉

Remettre de vieilles pièces au goût du jour

On est encore ici dans la théorie ! J’ai commencé, lors de mon grand tri de dressing post automne-hiver, à me constituer une pile de fringues “à retaper”. Je garde dans cette pile les vêtements qui ont encore un potentiel à mes yeux, et ceux dont j’aime particulièrement le tissu. Il me semble encore difficile de visualiser ce que je peux faire avec des pièces déjà cousues… Mais l’idée est lancée !

***

J’espère que ce bilan à six mois vous aura plu et inspirées !
À très bientôt pour le prochain,
N’hésitez pas à laissez vos avis et suggestions en commentaires !
Estelle

Partager:

17 Commentaires

  1. Aurore
    21 mai 2018 / 19 h 55 min

    Je suis tellement d’accord avec le contenu de cet article! J’ai eu le même cheminement, à regarder les marques européennes et à finir par constater qu’elles étaient plus conçues pour la dizaine supérieure à mon âge (et encore…), je bave sur Sézane et me retiens d´acheter des habits qui ne correspondent pas à mes valeurs, et c’est pour cela que ton blog m’a beaucoup inspirée : je me lance activement dans la couture! Qui me semble effectivement être un bon salut avec le seconde main 😛 merci pour cet article!

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      24 mai 2018 / 9 h 25 min

      Bonjour Aurore !
      Et merci pour ce commentaire 🙂
      C’est difficile avec la mode éthique, car on se dit “c’est tout nouveau, c’est tout nouveau”, mais les marques telles EKYOG, et bien d’autres, ont bien une dizaine d’années d’existence alors… est-ce que cela va évoluer ? Arrivera-t-on à avoir une offre qui corresponde un jour à nos envies purement esthétiques ? Le débat est sans fin, mais comme tu dis, avec la couture et le 2nde main, on arrive à créer un mode de vie en accord avec nos valeurs 🙂
      Belle journée !

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      28 mai 2018 / 17 h 33 min

      Hello !

      Oh ma jolie Aurélie, tu étais tombée dans les spams !!
      Merci beaucoup pour ton soutien, du fond du coeur !
      À très bientôt,
      Estelle

  2. 21 mai 2018 / 23 h 02 min

    Super article ! 👍🏻
    On parle peu des obstacles à la consommation éthique, alors que ce n’est pas si facile. Surtout quand on est passionné de mode !

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      24 mai 2018 / 9 h 26 min

      Totalement d’accord !
      Je pense écrire bientôt un article qui permette de trouver les “meilleures alternatives disponibles” !
      Belle journée !

  3. 22 mai 2018 / 8 h 40 min

    Mo, je n’ai pas encore lancé la démarche. :/

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      24 mai 2018 / 9 h 27 min

      Il suffira d’un déclic 😉 Change takes time !

  4. Mathilde
    22 mai 2018 / 12 h 02 min

    Très bel article comme toujours !! Moi je m’habille en création française ou éthique, et sinon beaucoup en seconde main, ce qui permet de diversifier sa garde robe en gardant un budget très raisonnable. Depuis ce changement de cap consumériste je dépense beaucoup beaucoup beaucoup moins car je ne peux pas vraiment rendre le produit (sauf pièce neuve) ce qui nécessite une grande réflexion parfois, au risque de voir le vêtement nous passer sous le nez mais pour le moment je n’ai jamais été déçue de ne pas avoir l’objet convoité ! Quant à l’objet neuf, il coûte un certain prix, ce qui me pousse à vraiment me demander si je le désire ardemment ou pas !! Enfin quant à la couture, entièrement d’accord avec toi, ça permet vraiment de se faire des petites choses comme on le souhaite ! mais ça prend un temps fou quand même. ça a l’avantage de se dire à la fin “ça se mérite ce petit haut” ça m’a pris des heures à le faire (car je ne suis pas professionnelle loin de làààà). Plein de bisous Estelle ! mathilde @matpoupouille

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      24 mai 2018 / 9 h 29 min

      Hello Mathilde !
      Merci pour ce commentaire. Je trouve aussi que les prix élevés des marques françaises ou éthiques sont un bon moyen pour reprendre conscience de la valeur d’un vêtement. On achète moins, mieux, on prend le temps de la réflexion. Un vêtement nous “engage” en quelque sorte… C’est un bon début de réflexion je crois 🙂
      Et la couture… une grande histoire de patience, mais quel bonheur d’avoir sa pièce unique, faite par ses dix doigts !
      à très bientôt, bisous bisous 🙂

  5. 22 mai 2018 / 20 h 42 min

    Super bilan qui ne me désespère pas à l’idée de mieux consommer et surtout éthique en ce qui concerne la mode. Je suis contente que tu ai fais un paragraphe sur les alternatives de la mode éthique si on ne trouve pas son bonheur. Je n’ai encore pas franchi le pas (car je n’ai pas encore voulu acheter de vêtements ces dernières semaines ^^) mais je pense me lancer prochainement. Je pense que ce ne sera pas non plus un blocage pour les prix car je suis dans une optique de mieux consommer, j’ai conscience du prix élevé pour des raisons évidentes et je suis prête à acheter une seule pièce au lieu de 4 🙂
    On les trouve facilement les gammes green des fait fashion ?

    A bientôt 🙂 eloonly

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      24 mai 2018 / 9 h 35 min

      Hello !
      Si je ne te désespère pas, c’est vraiment le principal ! J’ai beaucoup réfléchi à cet article car je ne voulais pas qu’il démotive à passer à la mode éthique. Je voulais surtout parler des difficultés, car il y en a encore, malheureusement.

      Concernant les gammes green des fast fashion, je connais les principales : Join Life chez Zara (je tape en général “Join Life” dans l’onglet de recherche, en magasin, je ne sais pas, j’ai peur que tout soit mélangé), Conscious chez H&M (j’y vais rarement car peu de choix, sauf pour les futures mamans!), Committed chez Mango (sur leur site internet, il y a une rubrique spéciale car ce sont des collections très limitées, et pas toujours disponibles). Je sais qu’Esprit a une collection de chaussures VEGAN et quelques vêtements bio (je tape “bio” dans la barre de recherche). Chez Asos, il y a ASOS ECO EDIT.

      D’ailleurs, je suis en train de réfléchir à un nouvel article pour évoquer davantage les alternatives à la mode éthique !

      À très bientôt,
      Estelle

  6. 24 mai 2018 / 11 h 09 min

    Bonjour Estelle :-),

    Très intéressant cet article et je me reconnais totalement dans celui-ci ! Cela fait 2-3 ans que j’essaie également de consommer de manière plus responsable. Je te rejoins totalement sur les prix, ce n’est pas évident de trouver chaussure à son pied tout en se tenant à ses engagements. C’est pour cette raison que j’ai décidé de lancer prochainement un site e-commerce de vêtements, bijoux et accessoires pour femme, fabriqués en France. La sélection se veut féminine, intemporelle et de qualité. J’étais auparavant adepte des créations Sézane et je ne parvenais pas à trouver de sites qui pouvaient me proposer une sélection de créations éthiques avec “une vraie ligne directrice”. J’ai mis beaucoup de temps à trouver ces jeunes créateurs français qui proposent des vêtements de qualité et qui me correspondent. Ils sont régulièrement mis en avant sur mon compte Insta ou sur la page Facebook de La crème des créateurs, ça peut peut-être t’intéresser ;-).

    PS : Je ne suis pas adepte des commentaires pour “faire sa pub”, mais je me dis en lisant ton article que peut-être mon futur site pourrait t’aider à répondre à certaines de tes problématiques :-).

    Bonne journée, Wendy.

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      28 mai 2018 / 16 h 56 min

      Hello Wendy !
      J’ai été voir ta page Facebook, et ai fait d’agréables découvertes !
      Merci 🙂

  7. galletvitalie
    25 mai 2018 / 17 h 29 min

    Bonjour 🙂

    Article très intéressant comme toujours !
    Pour ma part j’ai adopté la solution couture, c’est devenu une véritable passion, et ça me permet de savoir dans quelle conditions sont cousus mes vêtements.
    Comme tu le dis, tout le monde n’a pas le temps ou l’envie de coudre, et je trouve ton initiative de proposer quelques pièces cousues mains excellentes :).
    J’aime beaucoup ton style vestimentaire, j’étais donc ravie que tu proposes des patrons et j’ai hâte de voir tes créations à venir !

    Vitalie

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      28 mai 2018 / 17 h 06 min

      Hello Vitalie !

      Merci, je suis ravie que cet article t’ait plu !
      La couture devient très rapidement une passion : après avoir commencé, il était si naturel pour moi de vous proposer mes créations ! J’espère que les prochaines te plairont !
      à bientôt,
      Estelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.