Mon rituel à chaque projet couture

 

Je vous avais promis ce billet, il est enfin là ! Après celui consacré à mon organisation “générale”, qui a d’ailleurs rencontré un vif succès (MERCI), voici celui qui vous dira TOUT de mon organisation spécifique à chaque projet couture.

Que vous soyez débutante ou couturière avérée, vous ne pouvez échapper aux 4 étapes fondamentales inhérentes à chaque projet :

– La re-construction du patron, son décalquage et son découpage

– La coupe du tissu

– Le surfilage

– La couture

Chacune de ces étapes demande beaucoup de temps et de concentration. Dans les faits, il est finalement rare de pouvoir les réaliser toutes d’une traite. Du coup, ma méthode d’organisation couture est la même que pour mon organisation générale : SCINDER chaque projet couture en plusieurs sessions.

Ma méthode : un temps pour chaque étape.

Reconstruire, recopier, découper

Patron-pochette vs numérique : avantages et inconvénients

Opter pour un patron-pochette ou numérique est un choix qui a ses inconvénients et ses avantages.

En choisissant un patron-pochette, vous vous épargnez le temps de “reconstruction” d’un patron. Vous n’avez qu’à déplier votre A0, et le monde s’offre à vous. En revanche, vous êtes forcées de passer par la case décalquage du patron dans votre taille, ajout éventuel des marges de couture, et découpe du papier calque. PARCE QUE NON, même si c’est plus rapide, on ne commet pas le BLASPHÈME de découper un joli patron réalisé dans un joli papier par de minutieuses petites mimines 😉

Avec le patron numérique, vous avez certes le temps d’assemblage des différentes pages A4 pour reconstruire votre patron, mais vous pouvez, pour peu que le patron intègre les marges de couture, prendre l’option de découper À MÊME LE PAPIER. Après tout, pourquoi pas ? Ce n’est peut-être pas très orthodoxe comme méthode, mais c’est un sacré gain de temps.

Evidemment, cette astuce ne fonctionne que si vous envisagez de réaliser votre patron en une seule taille car sinon, vous devrez réimprimer votre patron. Et participer un peu plus à la déforestation amazonienne 😉

D’AILLEURS, j’en profite pour vous annoncer que désormais, j’intègrerai les marges de couture aux patrons de L’Atelier. Ce billet m’a fait quelque peu réfléchir, et si je peux vous faire gagner du temps, je FONCE et SAISIS l’occasion DIRECTEMENT !

Le timing

Cette étape prend en général 30 à 40 minutes (pour un patron de longueur moyenne). Lorsque cela est possible, j’aime profiter de mon heure libre avant le travail pour effectuer cette tâche. Si mon timing me le permet, j’enchaine directement sur la coupe de tissu !

La coupe du tissu

Après la préparation du patron, il vous faut découper le tissu. Personnellement, c’est l’étape que je déteste. Je la trouve longue, fastidieuse, peu entrainante. Mais bon, that’s life, comme dirait l’autre.

Malheureusement, il n’y a pas de méthode révolutionnaire pour écourter cette session… Alors je reproduis mécaniquement les mêmes étapes, pièce après pièce (pour avoir ainsi le sentiment de varier les gestes…) : épingler une première pièce du patron au tissu, couper, marquer l’envers d’une croix à la craie ; épinglez une autre pièce au tissu, couper, marquer l’envers d’une croix à la craie, etc, etc.

Le timing

La découpe du tissu prend environ 25 minutes. Et c’est là que ma méthode prend tout son sens : je peux vous ASSURER qu’il est plus motivant de se dire qu’on va passer 25 minutes sur une étape pas très agréable plutôt qu’une heure et demie (si on regroupe par exemple : préparation patron + découpe du tissu + surfilage).

En général, je profite du matin ou de ma pause-déjeuner pour cette opération…

Le surfilage

Dernière étape la moins “intéressante”, le SURFILAGE. Plusieurs philosophies existent, à savoir surfiler à chaque étape de la couture, ou tout surfiler d’un coup AVANT la couture.

Au début, je dois avouer que j’étais plutôt adepte de la première méthode : surfiler pendant près de 30 minutes me démotivait complètement. Aujourd’hui, je suis plutôt la seconde : c’est comme avec les tâches désagréables, une fois qu’elles sont faites, il n’y a plus la place que pour le PLAISIR. Et le reste de la couture va bien plus vite 🙂

Petit conseil tout de même : identifiez bien, en lisant attentivement les explications de montage, les côtés qui auront besoin d’être surfilés ou non. Inutile de se rajouter du travail pour rien 😉

Autre conseil, si vous êtes fatiguées de surfiler : optez pour des coutures anglaises !

Le timing

Cette étape est encore une fois assez longue et rébarbative, d’où le fait que je l’isole complètement des étapes précédentes et suivantes. Elle peut facilement prendre entre 45 minutes et 1 heure avec une blouse, une robe, une veste. En général, je surfile en matinée le week-end, ou le soir, après le boulot. Cela demande un peu de concentration, mais ne fait normalement pas de noeuds au cerveau !

La couture

ENFIN, on passe au moment plaisir ! J’ADORE isoler cette étape des précédentes car cela me donne le sentiment d’entrer dans le vif du sujet DIRECTEMENT.

Concrètement, la couture d’un vêtement pouvant être assez longue, cela me permet, lorsque je commence par ça, de rentabiliser un samedi ou un dimanche. En général, à la fin du week-end, la cousette est fin prête à être portée !

Le timing

Il dépend vraiment du projet auquel vous vous consacrez. De manière générale, je dirai que je préfère regrouper la couture en une seule session. Par exemple, le samedi, j’aime me faire une journée couture. Je commence la couture d’une robe, et j’adore pouvoir l’essayer le soir-même. Le fait d’avoir déjà réalisé les étapes précédentes (assemblage du patron / découpe / surfilage) me permet d’aller beaucoup beaucoup plus vite à l’essentiel !

Les bienfaits de ma méthode

= LE PLAISIR DE COUDRE !

C’est vraiment l’objectif visé par le fait de découper un projet couture en plusieurs sessions. La patience humaine a ses limites : en répartissant les tâches dans le temps, on évite les moments de fatigue, de frustration, de démotivation.

C’est un peu comme si vous arriviez dans un nouvel appartement : avant de passer à la partie “fun”, celle de la décoration, il y a une MONTAGNE de choses à faire, comme nettoyer, récurer, repeindre… Ensuite seulement, vous pouvez profiter d’une activité fétiche (décorer), et du cadre que vous avez su créer.

De plus, en scindant un projet celui-ci nous semble moins conséquent : on ne se dit plus qu’il faut forcément 8 heures devant nous pour nous y mettre. Du coup, c’est mécanique : on COUD beaucoup plus. Donc on PORTE beaucoup plus de cousettes. Et on est BEAUCOUP PLUS FIÈRES de nous et ÉPANOUIES. CQFD.

Un dernier petit conseil pour que la couture reste un plaisir…

Je pense que c’est mon conseil NUMBER ONE pour que la couture ne devienne pas un enfer. On a toutes connu les déconvenues du “découds-vite”, qui mettent à rude épreuve notre patience….

Quand vous sentez que vous êtes au point où vous vous énervez, n’y arrivez plus, et perdez tout plaisir à coudre : ARRÊTEZ-VOUS. Je sais, ce n’est pas facile. Ça nous oblige à “lâcher prise”, à arrêter quelque chose qui n’est pas fini, avec le stress de retourner notre problème dans tous les sens avant de nous y remettre. Mais c’est vraiment le meilleur conseil que je peux vous donner.

Dès que je vois que la couture me stresse, je fais une pause. Je regarde une série, je me détends avec du yoga, je sors marcher avec L’Amoureux. Et parfois, quand cela me dit à nouveau, je reprends mon projet en cours. Une pause d’une à deux heure peut drastiquement changer votre manière de penser, de vous sentir, d’être. Profitez-en 🙂

***

J’espère que ce billet vous aura plu ! N’hésitez pas à partager vos routines couture, ainsi que les astuces que vous avez mis en place pour être toujours dans la couture “plaisir” !

À très vite,

Estelle

 

Partager:

8 Commentaires

  1. 7 octobre 2018 / 13 h 56 min

    Bonjour Estelle,

    Scinder pour mieux apprécier, voilà la clef du succès en couture !
    Je suis également ravie de voir que tu vas inclure les marges de couture dans tes futurs patrons ! Ce week-end, je faisais un prototype d’Ana et il est vrai que le rajout des marges, c’était pas la partie la plus fun mais bon, on s’y fait !

    Bon dimanche !

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      8 octobre 2018 / 11 h 23 min

      Hello Alexandra,

      Je ne m’étais pas posée la question au début car tous les patrons que j’avais testé jusqu’alors ne comprenaient pas de marges de couture. C’est une petite nouveauté mais je suis heureuse de voir qu’elle plait !
      À très bientôt,
      Et merci d’avoir commandé Ana !

      Belle journée,

  2. Anne
    8 octobre 2018 / 10 h 26 min

    Concernant la coupe du tissu, je préfère la méthode où je pose des poids sur la partie patron et j trace le contour sur le tissu pour ensuite découper en suivant les lignes dessinées. C’es plus rapide que d’épingler chaque pièces 😉

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      8 octobre 2018 / 11 h 25 min

      Hello Anne,

      J’ai parfois vu cette méthode, mais je m’interroge : les poids suffisent-ils à bien maintenir le tissu en place à la coupe ? Ou faut-il épingler quand même ? Par ailleurs, quelle craie utilisez-vous ? J’avoue que sur certains tissus, je peine à marquer efficacement mon tissu 🙂

      Belle journée !

      • Murielle
        10 octobre 2018 / 10 h 46 min

        Coucou ! Moi non plus je n’épingle jamais, juste les poids. Certains tissus bougent moins que d’autre, pour ceux qui glissent je met une serviette ou un plaid pour qu’il se tienne ( il faut faire attention quand on coupe !). Pour le marquage je prends un stylo Frixion qui s’efface à la chaleur (ça peut marquer certains satinés attention !) et sinon pour les tissus foncés une craie toujours bien aiguisée fait l’affaire

        • Someplacecalledhome
          Auteur
          15 octobre 2018 / 12 h 30 min

          Hello Murielle,

          Merci pour ces précisions, je vais noter les références. Je crois que ce qui m’empêche d’appliquer cette méthode est le fait que je n’ai pas de table de coupe… J’aurais trop peur de rayer mon parquet, puisque c’est la seule surface plane assez grande qui me permet de découper mes tissus dans mon appartement !

          À bientôt,

  3. Rosesaminette
    8 octobre 2018 / 21 h 23 min

    Merci Estelle pour tes conseils ! Jusqu’à présent je ne scindais pas, parce que je ne commençais jamais un nouveau projet sans avoir une après midi entière pour le boucler. Mais maintenant je n’ai plus tout ce temps, je vais suivre tes conseils 😉

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      9 octobre 2018 / 15 h 58 min

      Hello !
      Ah oui, du coup, ça devait pas mal limiter les séances couture 🙂
      C’est sûr qu’il faut faire un petit travail sur soi en acceptant de laisser un projet non terminé, mais crois-moi, on y arrive 😉

      À bientôt,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram
2   95
171   1162
14   331
131   736
39   413
17   468
19   454
17   279