Automne-Hiver : comment faire une wishlist efficace ?

 

Wishlist de rentrée // blog mode minimalisme - some place called home

L’automne-hiver approche – enfin, pas trop rapidement tout de même, mais vous pensez certainement déjà aux pièces qui feront VOTRE hiver 2018/2019 🙂

Avec ce nouveau billet, je vais vous aider à vous constituer la WISHLIST de vos rêves, celle qui correspondra à vos aspirations en matière de style cette saison (et les suivantes…)

Pour que ce billet soit doublement efficace, je vous invite vivement à lire ou relire ce post sur les palettes de couleurs ainsi que les coupes que vous affectionnez. Cela vous aidera à vous faire une idée du style que vous voudrez arborer pendant l’automne-hiver 2018 😉

Étape 1 : se projeter

Vous avez peut-être encore vos tongs aux pieds, pire, vous lisez peut-être ce billet en maillot de bain sur la plage…Du coup, l’automne-hiver vous semble aussi loin que le 3ème millénaire.

La première étape, pour créer une wishlist efficace, est de faire le point sur ce qui vous attend les six prochains mois. Inutile de craquer sur une robe de fin de saison si vous n’avez pas de voyage au soleil prévu en décembre. Inutile également de craquer sur plusieurs robes de soirée si les occasions de les porter se comptent sur les doigts de la main. Cette phase vous permettra d’acheter utile, afin qu’aucune de vos fringues ne se retrouve au fond du placard…!

Quelques questions pour vous y aider :

– À quelle météo devrais-je faire face ?

– À quoi ressemblera mon quotidien ?

– Avez-vous particulièrement froid en automne-hiver ?

– Y a-t-il des types de vêtements que vous avez regretté de ne pas avoir l’automne-hiver dernier ? Lesquels, pourquoi ?

Pour moi, c’est assez simple. Hiver à Paris, nous ne devrions pas avoir trop de pluie, mais sans doute très froid. Peut-être même un épisode neigeux comme l’an dernier ! Car OUI, en automne-hiver, le froid est mon ennemi NUMBER ONE. Je déteste avoir froid au bureau. Donc je sais DÉJÀ que sur ma wishlist apparaitra un budget “mailles jolies et confortables” 😉 Pas de vacances de prévues, du moins, pas qui ne nécessitent un changement de garde-robe drastique (tout au plus descendrais-je de Paris à Bordeaux et Angoulême pour les fêtes) ^^

Étape 2 : le budget

Forcément, on ne peux pas y couper… Définir un budget, par mois, pourra vous aider 1. à limiter la frustration, 2. vous raisonner. Car si vous calculez en AMONT votre budget, c’est que celui-ci entre théoriquement dans votre niveau de vie. Et que vous l’avez bien proportionné pour n’être ni frustrée, ni le couteau sous la gorge d’avoir trop dépensé.

Pensez également aux échéances fiscales. Par exemple, je sais que les impôts arrivent, et qu’en Septembre, mon budget “fringues” sera nul (ou drastiquement réduit). En novembre, ce sera le tour de la taxe d’habitation…

Cela vous permettra d’avoir une visibilité à moyen terme, et d’étaler vos achats. Toujours pour éviter 1. la frustration 2. le stress d’avoir trop dépensé (si vous y êtes sujette, moi, ça peut carrément m’empêcher de dormir…)

Au vu de ce budget, vous pourrez rapidement établir un nombre de pièces pouvant être achetées cette saison. Si les grandes papesses de la mode (StyleBee & Anuschka Rees) recommandent une wishlist de maximum 10 pièces, ce nombre pourra être variable selon les marques chez qui vous achetez.

Personnellement, j’ai fait le choix d’acheter en majorité de la mode éthique (sauf crush ultime ne pouvant être retrouvé chez les marques de mode éthique) : je sais que chaque pièce me coûtera a minima une centaine d’euros. Ma wishlist sera donc bien inférieure à 10 pièces sur 6 mois ! Sans compter que je n’achète presque plus de blouses, robes ou jupes, puisque j’aime les coudre 🙂

Avant l’été, j’avais d’ailleurs publié un article sur la question du budget lors du shopping : n’hésitez pas à y jeter un coup d’oeil 😉

Étape 3 : la liste de nos envies

Wishlist de rentrée // blog mode minimalisme - some place called home

C’est là que ça devient fun 😉

Une fois le background établi, vous allez pouvoir commencer à créer votre wishlist… Avant de parcourir tous les e-shops et de scroller sur Pinterest, attardez-vous sur ces deux petites questions 😉

De quoi ai-je vraiment (sincèrement) besoin ?

Ça semble tout simple, mais ça ne l’est pas tant que ça. Êtes-vous capables de dire, sans regarder aucun e-shop, ce dont vous avez besoin (1ère étape) ? De décrire ces pièces, par une couleur, une forme, un détail (2ème étape) ? Essayez l’exercice, ça peut-être assez intéressant. Ensuite, vous pourrez vous efforcer de trouver des pièces correspondant à cette description dans vos boutiques favorites !

N’occultez surtout pas les circonstances pratiques : est-ce que je commence un nouveau boulot ? Si oui, ai-je ce qu’il faut pour aller travailler ? Si non, est-ce que je me sens à l’aise dans mes tenues du bureau ? Oui, non, pourquoi ? Faites le même décryptage pour les tenues des soirs et week-ends.

Y a-t-il des pièces pour lesquelles je me dis chaque année, “il m’en faut absolument”, sans toutefois sauter le pas… ?

Essayez de retrouver les pièces qui vous ont marqué l’automne-hiver précédant. Vous plaisent-elles toujours ? Vous ont-elles vraiment manqué ? Seriez-vous prêtes à les mettre en première ligne sur votre liste d’envies ?

La wishlist : parcourez les boutiques en ligne !

Avec cette ultime étape, votre wishlist passe de l’abstrait (le type de pièces que vous souhaitez) au concret (tel vêtement de telle marque). Vous pouvez même pousser le bouchon, une fois vos 10 pièces retenues, jusqu’à calculer combien tout cela va vous coûter !

ASTUCE : une fois votre wishlist actée, laissez-la reposer sur un coin de table quelques jours. Des pièces vous auront peut-être échappé, ou au contraire, vous ne serez plus certaine de vouloir telle autre pièce.

Et avant chaque achat potentiel…

Vous pouvez vous poser les trois questions qui suivent :

– ce vêtement est-il conforme à mon style ?

n’ai-je pas déjà quelque chose de ressemblant ? Si oui, est-ce une pièce que j’utilise souvent ? Suis-je prête à avoir cette pièce en plusieurs coloris ?

– est-ce que j’arrive à imaginer 3 tenues possibles avec cette pièce ? Ce filtre vous permettra de ne pas acheter de vêtements pour une seule occasion…!

Ma wishlist automne-hiver 2018

 

 

Les nouvelles collections n’étant pas encore toutes sorties (j’attends quand même la collection de rentrée Balzac Paris…), j’ai pour le moment davantage de type de pièces qu’une pièce claire et précise en tête. Je profiterai du mois de septembre, mois des impôts où les finances shopping seront totalement gelées, pour affiner cette première liste d’envie 😉 ! Sans surprise, vous verrez sur cette wishlist beaucoup de pièces que je ne peux pas faire moi-même via la couture…

1) Un blazer ou manteau imprimé écossais, de préférence dans les tons bleu-rouge, ou bleu-orangé, ou carrément camel-beige-noir. On en voit régulièrement, et ça apporte finalement pas mal de pep’s à une tenue classique 🙂

2) Des bottines en cuir lisse bordeaux, de préférence avec un talon géométrique. Comme ces sublimes bottines de chez Everlane (marque de mode éthique américaine qui livre ENFIN à l’international) !

3) Des bottes hautes, de préférence noires ou marron, afin qu’elles soient les plus universelles possibles. Pourquoi ? Parce que je n’ai JAMAIS eu de bottes. J’avais beau en essayer, aucunes ne me plaisaient par le passé. Cette année, j’ai déjà commencé mes recherches et jeté mon dévolu sur cette paire MAJE, certes onéreuses, mais en vrai, elles sont juste SUBLIMES ! J’attends octobre pour me les procurer, n’ayant pas trouvé d’alternative éthique à ce modèle…

4) Une robe dans les tons bordeaux-pourpre. Je ne suis pas encore fixée sur le modèle, ni sur le style (bohème, ou alors preppy). Je sais juste que j’ai sacrément envie de bordeaux cet hiver, et que la couleur sera parfaite avec des collants noirs et mes bottines inspiration rock Claudie Pierlot (très ancienne co).

5) Un pantalon taille haute, flare et long, dans les tons marrons, ou beige foncé, camel. J’adore ce coloris en automne-hiver, car il réchauffe l’atmosphère. C’est une couleur assez neutre qui est donc aussi très versatile. Elle va bien avec le bordeaux, le rose, le rouge, le noir, le gris. Bref, avec mes couleurs de prédilection 🙂 J’ai repéré ce modèle chez Nathalie Dumeix, porté par Adenorah ici, et le rendu semble vraiment chouette (… et made in France).

6) Une maille cosy et chic dans les tons rose-saumon. Ce pull &OtherStories a la couleur parfaite, mais je l’ai déjà acheté l’an dernier en deux coloris. Dimanche dernier, j’ai craqué sur le gilet en maille Mario chez Sézane… oopsie 😉

 

J’espère que cet article pourra vous aider dans votre liste d’envie “Back to School” !
Il me tarde déjà tellement d’être en automne 🙂

à très vite pour la suite !

Estelle

 

Partager:

4 Commentaires

  1. Gisèle
    5 septembre 2018 / 10 h 42 min

    Bonjour,
    Le concept et me diriger vers des achats plus raisonnés me séduisent. Mais comment gères tu les ventes programmées (je pense à Sezane, Balzac ou d’autres encore) et même seulement les pièces « iconiques » que l’on voit partout sur Instagram et qui sont dévalisées et sold out en 2 clics ? J’ai arrêtée de me précipiter sur ces ventes qui avaient tendance à entraîner des achats compulsifs, puisqu’il faut être le premier arrivé et que le temps de la réflexion n’est pas permis. Il n’empêche que ce peut être du coup source de frustration quand tu as repéré une pièce qui te fait vraiment envie et qu’elle est devenue depuis belle lurette introuvable quand tu es en mesure d’en faire l’achat préalablement planifié et réfléchi.
    C’était La petite réflexion du jour. Sachant que j’ai quand même le sentiment que tout est fait pour justement pousser à l’achat compulsif et non réfléchi, avec ces ventes éphémères et programmées, nouvelles collections permanentes, stocks limités, etc.
    Belle journee

    • Someplacecalledhome
      Auteur
      5 septembre 2018 / 13 h 59 min

      Bonjour Gisèle,

      Je trouve cette réflexion extrêmement intéressante, et elle a beaucoup nourri mon esprit ces derniers mois 🙂
      En fait, certaines ventes éphémères peuvent paraitre très oppressantes.

      Le seul conseil que je peux donner est de prendre de la distance avec ces ventes. De manière générale, j’évite de me connecter au D-DAY de la vente éphémère. J’y reviens plus tard pour, éventuellement, voir si la pièce me plait toujours 😉

      Après, l’idée n’est pas de tout planifier, mais d’avoir une idée plus ou moins précise du moment où il nous sera possible d’acheter tel ou tel vêtement. Après, si quelque chose d’une collection éphémère te fait envie, et que tu es sûre qu’elle s’intègrera à ta collection perso, il faut aussi savoir se faire plaisir, et bousculer les plannings 🙂 C’est ça aussi la vie !

      Pour faire très synthétique : depuis que j’ai pris la décision de consommer moins et d’être moins perméable à la pub, je suis de moins en moins frustrée. Je ressens de moins en moins d’envie d’acheter. C’est comme si on faisait un sevrage et qu’ensuite on était des PUISSANCES face à l’appel de la consommation 🙂 ça confère une sacrée liberté !

      Belle journée,

      • 10 septembre 2018 / 15 h 19 min

        Je me permets de rejoindre le débat car je suis moi-même extrêmement faible face à ces nouvelles sorties en quantités limitées. Je suis en plein changement de ce côté là mais c’est pas facile.
        Quand Sézane a sorti sa pré-collection le dimanche, je n’avais qu’une envie : acheter tout ce qui me faisait plaisir. Du coup, j’ai programmé un passage en boutique le mardi soir (deux jours après donc) en me fixant pour objectif d’acheter seulement 1 pièce et une dont j’avais besoin, à savoir une maille. Ca a été très dur, le lundi j’avais qu’une idée en tête, commander en ligne alors que j’allais sur place le lendemain… Je me disais “mais il n’y aura peut-être déjà plus rien, ou plus ma taille, je ferais mieux de commander quitte à renvoyer” C’était devenu quasiment une obsession…
        J’ai tenu bon ^^ et le mardi soir, j’ai essayé 2 modèles qui me plaisaient beaucoup en boutique et après essayage un seul m’allait vraiment. J’ai réussi à acheter une pièce dont j’avais besoin et que je pourrais mettre avec tout en plus. Ça a assouvi ma frustration de la veille et j’ai le sentiment d’avoir fait un achat réfléchi et non plus compulsif. Donc pas de regret post-achat (j’en suis la spécialiste).

        Finalement, j’ai bien fait d’attendre et je pense que ça aide aussi d’avoir la possibilité d’essayer sur place car derrière son écran on ne se rend même pas forcément compte de tout ce qu’on dépense… un clic par ci, un clic par là… Finalement, l’idée c’est peut-être d’éviter les tentations et de supprimer le shopping en ligne ? (outch dur !)

        • Someplacecalledhome
          Auteur
          13 septembre 2018 / 13 h 46 min

          Hello Pauline,

          On t’accueille avec joie dans ce débat 😉
          En tout cas, c’est une super démarche de “diffuser” ses achats : ça permet d’être sûre qu’on veut toujours le vêtement, qu’on y a réfléchit, etc.

          Je ne sais pas si nous parviendrons à supprimer le shopping en ligne, mais effectivement : tout est devenu tellement facile ! Un clic et hop, ce sont 100€ qui partent. On ne voit plus passer l’argent, simplement par des opérations en négatif sur le compte bancaire…

          Bises 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram
26   230
21   428
22   503
14   440
24   557
141   1248
4   335
1   188