***  Stay Inspired : rejoins la newsletter ***

 

Joyaux, à l’Opéra Garnier

Avant de vous parler plus longuement de ma soirée de Gala à l’Opéra de Paris, je vous dévoile mes premières impressions sur le ballet « Joyaux » qui est joué en ce moment au Palais Garnier (jusqu’en octobre) ! Joyaux est un ballet chorégraphié par le russe Georges Balanchine, danseur, maitre de ballet et chorégraphe, décédé en 1983. Georges Balanchine a co-fondé le New York City Ballet, une école qui perçue comme très avant-gardiste : c’est elle qui a jeté les bases du ballet « néo-classique ». Exit l’opulence des ballets classiques et romantiques,  place à des mises en scène plus épurée, et une profonde réflexion sur le mouvement et les lignes du corps.

« Joyaux » est inspiré des vitrines flamboyantes des bijouteries de la Cinquième Avenue de New-York, et se divise en trois tableaux : ÉmeraudesRubis et Diamants se succèdent dans un triptyque savamment orchestré, célébrant les capitales des trois grandes écoles de danse : Paris, New York et Saint‑Pétersbourg. 

Je suis une classicienne dans l’âme : j’ai adoré le dernier tableau, Diamants, dont vous pouvez apercevoir les costumes, réalisés par Christian Lacroix, sur le photo ! Le tableau était splendide, tout brillait de mille feux. La musique, d’après la partition de Tchaikovsky, est ce que l’on peut faire de plus féérique (L’Amoureux a même pensé à Disney!). On se laisse totalement embarquer !

Le premier tableau, Emeraudes petit extrait ici(), était assez génial lui-aussi : de jolis morceaux de chorégraphie parfaitement exécutés, des solos aux pas de trois (avec ma petite chouchoute à l’Opéra, Letizia Galloni), les costumes, également réalisés par Christian Lacroix, étaient somptueux. Le deuxième tableau nous a laissé un peu plus dubitatifs, tant il illustre à la perfection la réflexion de fond que menait Balanchine sur la danse classique : nous avons trouvé ça à la fois burlesque et jazzy… Étonnant et surprenant

Un week-end à Munich

CR/Flickr

Dans quelques jours, nous nous envolons pour Munich… enfin, « envolons », disons que nous prenons plutôt le train, du fait de ma phobie récente de l’avion ! Je dois m’y rendre pour un salon professionnel au cours de la semaine, alors je me suis dit que je pourrais inviter L’Amoureux le week-end, et profiter de la capitale bavaroise que nous ne connaissons que… de nom !

Il parait d’ailleurs que c’est « la plus italienne » des villes allemandes : imaginez mon excitation ! En flânant sur Pinterest, j’ai pu apercevoir de jolies devantures de maisons colorées. J’ai vraiment hâte de découvrir Munich !

J’aurais beaucoup aimé visiter le château qui a inspiré la Belle au Bois Dormant, situé à une soixantaine de kilomètres de Munich. Malheureusement, sur deux jours, c’est un peu court. Ce n’est que partie remise : nous avons aussi l’idée de faire un road-trip en été entre la Slovénie, l’Italie, la Grèce, la Croatie : un petit crochet par le Château de Neuschwanstein s’imposera !

Connaissez-vous Munich ? Avez-vous de bonnes adresses (restaurants, bar, sorties culturelles) à me conseiller ?

Lothantique, éditeur de parfums

Il y a quelques semaines, j’ai eu l’occasion de découvrir l’éditeur de parfum « Lothantique », une entreprise familiale née en Provence dans les années 20. Au début, ce sont des huiles essentielles qui sont produites, rapidement rejointes par des lavandes en sac de toile, des savons, des eaux de toilette. Aujourd’hui, Lothantique compte plusieurs boutiques, à Paris et en région, ainsi qu’une filiale aux Etats-Unis !

J’ai été séduite par les packaging de la marque, à l’image de ces mignons pots de confitures issus de la dernière collection, « La Bonne cuisine », et contenant… une bougie parfumée ! La mienne est à la « rhubarbe-coing », mais vous en trouverez plusieurs déclinaisons : caramel, madeleine, crème brûlée, cappuccino… de quoi vous apporter beaucoup de réconfort tout au long de l’hiver 🙂

Vous savez que je suis sensible aux produits éthiquement responsables et écologiques, même pour l’intérieur ! Les produits Lothantique respectent l’environnement grâce à des emballages en matières recyclables, une démarche de maitrise des déchets, le respect de la nature et des animaux. 

La pâtisserie Cyril Lignac

On ne le présente plus tellement il a envahi le PAF ces dernières années : malgré ce forcing médiatique, je n’avais jamais encore poussé la porte d’une pâtisserie Cyril Lignac. C’est désormais chose faite ! 

SPOILER : je n’ai pas été déçue 🙂

Vous connaissez ma passion pour les parfums chocolat, noisette, pralin. Je suis restée fidèle à moi-même en optant pour une création sobrement appelée « Noisette » : biscuit amande, crème à la noisette, fine couche de chocolat au lait et amande, ganache au gianduja lait-noisette. Un régal, une madeleine de Proust qui m’a fait penser à mes Kinder Bueno adorés !

L’Amoureux est resté dans sa zone de confort lui-aussi, avec un classique Baba au Rhum qu’il a trouvé délicieux !

Adresse totalement validée 🙂

De beaux gâteaux 

Il y a deux semaines, je vous parlais de ma frustration d’avoir découvert (trop tard) que je ne disposais pas de la bonne douille pour décorer mon fameux « Rose Cake ». Cette petite erreur de débutante ne m’arrivera plus désormais ! Lors d’un petit tour chez Mora, l’un des plus célèbres spécialistes de la pâtisserie situé rue Montmartre à Paris, je me suis équipée de la fameuse douille permettant de faire de belles roses, la douille 1M de chez Wilton. Hâte maintenant de pouvoir la tester in situ !

***  Stay Inspired : rejoins la newsletter ***

Write A Comment